Chargement Évènements

Navigation Évènement

dim 01.11.20 - jeu 31.12.20
Archipel 19 | Place de l'Église, 15 1082 Berchem-Sainte-Agathe

UN CAMÉLÉON DANS LE NORD-OUEST

En mars dernier, tout s’arrêtait brutalement et la vie culturelle se mettait en pause. Après trois mois de confinement, l’Agora du Nord-Ouest a été une des premières à faire un pas dans le monde d’après. Installée au mois de juin au parc de la Jeunesse à Jette et sur la place Guido Gezelle à Ganshoren en juillet, elle a pris des airs de caméléon cet été, revêtant couleurs et formes différentes. Retour sur un voyage bousculé dans le Nord-Ouest.

L’Agora, c’est cette grande structure en bois de forme circulaire qui, depuis juin 2019, se promène un peu partout dans le Nord-Ouest. Depuis le chantier participatif au parc Élisabeth à l’installation place Guido Gezelle à l’ombre d’une immense tente berbère, l’Agora a fait un sacré bout de chemin. Véritable polymorphe, son apparence évolue au gré de ses rencontres. Elle s’adapte à chaque nouvelle situation et accueille l’imprévu avec sagesse. Parce que des imprévus, il y en a eu depuis sa construction. On pourrait presque croire qu’une malédiction plane sur l’Agora. D’abord, il y a eu la visite de Miguel, une tempête qui s’abattait sur la Belgique en juin 2019, amenant avec elle des vents de plus de 70 km/h et contraignant Bruxelles Environnement à fermer tous les parcs de la capitale. On avait justement prévu toute une journée pour célébrer l’arrivée de notre structure dans le Nord-Ouest, au parc Élisabeth.

Les incantations magiques, l’aérobic sauvage et toutes les autres joyeuses festivités devaient attendre le départ de Miguel. Puis, en mars 2020, après un hiver à hiberner, l’Agora devait sortir de sa grotte pour entamer sa deuxième tournée du Nord-Ouest. On avait tout prévu. Son inauguration sur la place Guido Gezelle avec le groupe jettois Kwa-doyouplay ? et l’arrivée joyeuse de la soumonce quelques jours avant la Zinneke Parade. En mars 2020, la pandémie du Covid-19 nous a obligés à prolonger notre hibernation, entraînant une première vague d’annulations. Et finalement, en juin 2020, l’Agora sort enfin dans le monde extérieur. Elle est une des premières à pouvoir se déconfiner dans le paysage culturel bruxellois et marque le retour des centres culturels. Conçue pour accueillir des activités légères et en plein air, sa structure modulable permet de respecter les distanciations physiques entre les participants et participantes.

On réfléchit, on s’adapte et l’Agora est finalement installée au parc de Jeunesse avec l’enthousiasme débordant de l’équipe du Centre Culturel de Jette. Tout le monde s’y met pour proposer une programmation estivale sous le signe de la renaissance. La ludothèque du centre culturel apporte des jeux géants pour les enfants et les plus grands, le régisseur Dom’s Dister fait résonner ses créations musicales dans tout le parc, l’équipe collecte les paroles de passants et passantes et les Mamans Mpangu offrent leur savoir-faire en matière de couture, parant au passage l’Agora de magnifique wax colorés. Au parc de la jeunesse, elle sert aussi d’aire de pique-nique pour les familles, heureuses de pouvoir se retrouver à l’ombre des arbres en pleine canicule. Elle est démantelée, écartelée pour suivre la trajectoire du soleil. On perd même quelques modules, retrouvés plus tard enfouis dans un buisson. Un jeune nous apprend que plusieurs morceaux de l’Agora ont servi à une partie de laser-game dans le parc. On ne peut que s’en réjouir car il faut bien l’admettre, on n’y aurait jamais pensé.

Après Jette, c’est au tour de l’équipe du centre culturel de Ganshoren La Villa de s’en emparer. Sur la place Guido Gezelle devenue piétonne tout l’été, l’Agora partage l’espace avec la terrasse du café Saint-Martin et les activités organisées par la commune, « Ganshoren en vacances ». Elle se love sous une immense tente berbère, protégeant quiconque s’y abrite des éléments de la nature tout en se donnant des airs plus intimistes. Ateliers d’origamis, après-midi jeux de cartes, contes et chansons, échange de coups de cœur littéraires, l’Agora voit défiler toute une série d’activités, créant une certaine attente de la part des passants et passantes en quête d’animation.

À la fin du mois d’août, le groupe jettois de percussions Kwa-doyouplay ? et le danseur sénégalais Alioune Ba enflamment la place Guido Gezelle pour son départ. Même les habitués du café viennent se joindre aux rythmes endiablés. Et finalement, alors qu’on pensait lui avoir dit au revoir, elle reste encore un peu à Ganshoren pour accueillir une de nos Zinopinées avec les Belle-man d’Amour, un groupe citoyen de crieurs publics, avant de repartir hiberner. Car l’Agora, c’est aussi le lieu parfait pour l’inattendu et elle n’a pas fini de nous surprendre. On la garde à l’œil.

« Page précédente